Shorinji Kempo – Paris Shibu . histoire
Vous êtes ici : Accueil » histoire

Histoire

Le Shorinji Kempo est né en 1947 dans la ville Japonaise de Tadotsu.

À la fin de la seconde guerre Mondiale, le fondateur du Shorinji Kempo, So Doshin, assiste à la défaite du Japon depuis la Mandchourie (au Nord-Est de la Chine). Là, il goûte la misère et la souffrance de la défaite où les intérêts des nations se hissent bien au-dessus des valeurs idéologiques, religieuses ou morales et où seul le pouvoir constitue le droit.

Il réalise que ce ne sont, ni les différences religieuses, ni les intérêts nationaux qui déterminent le cours des évènements, mais plutôt la personnalité et la manière de penser des personnes en position d'autorité. Formalisant ces pensées, il déclare alors : "La personne, la personne, tout dépend de la qualité de la personne".

Kaiso rentre alors dans son Japon bien-aimé mais ce qu'il y trouve est bien loin de ses espérances. Dans le chaos qui suit la défaite, il trouve un monde où les gens ont oublié le code moral et la charité. Il décide alors de tout mettre en œuvre pour reconstruire les fondations de son pays, pour enseigner à la Jeunesse les promesses du futur et restaurer la crédibilité du Japon aux yeux du monde. Ses propres mots sont : "Pour la restauration de mon pays, je dédierai la moitié de mon temps à former des jeunes gens courageux, charitables et justes".

Il enseigne l'Arahan no Ken aux personnes rassemblées dans son dojo et leur transmet l'expérience nécessaire en vue d'affronter les défis de la vie quotidienne sans renoncer à leurs convictions ou à leurs rêves. Il réalise qu'à travers l'entraînement physique et mental, des jeunes gens peuvent acquérir courage et confiance en soi, de même que des corps sains et forts. Afin de construire un monde dans lequel tous puissent vivre heureux, il combine les arts martiaux Chinois et Japonais qu'il avait appris en une structure technique unique à l'origine du Shorinji Kempo.

Kaiso utilise l'enseignement de Bouddha pour la construction d'un Homme, celui de l'esprit indomptable et indestructible de Boddhidharma (le fondateur du Zen) comme base pour le Kongo Zen et le Shorinji Kempo comme principale application de cette philosophie.

Néanmoins, ces enseignements et techniques ne pouvaient rester cantonnés dans ce cadre et le Shorinji Kempo se développa pour devenir une Voie que tous pouvaient étudier aussitôt qu'ils désiraient améliorer l'équilibre entre le corps et l'esprit, affirmer les valeurs que nous défendons et construire une société meilleure avec des gens en qui ils pouvaient avoir confiance. C'est ainsi que le Shorinji Kempo commença à se diffuser largement à l'extérieur du Japon.

L'Organisation Mondiale du Shorinji Kempo (World Shorinji Kempo Organization ou WSKO) se forma comme organe fédérateur et des gens d'ethnies, de culture et de religion très différentes la constituent aujourd'hui. Dépassant les frontières nationales et leurs différences, ces membres cherchent à construire le bien-être d'une société pacifique en s'entraînant chaque jour.

A suivre